Blog

Pourquoi la réputation numérique des médecins est-elle importante ?

Dans un monde ultra-connecté, les éléments et informations concernant les médecins sont accessibles par l’ensemble des internautes. En 2022, la gestion de l’image numérique ou l’e-réputation constitue un enjeu non négligeable. D’après une étude toute récente de Bright local, face à des patients connectés en permanence, les médecins, anesthésistes et dentistes sont les plus exposés à des problèmes d’e-réputation. Donc tout praticien doit protéger son identité numérique tant elle peut orienter favorablement ou défavorablement l’opinion des patients qui sont de plus en plus nombreux à explorer la toile.  Qu’est-ce que l’e-réputation et comment en assurer la bonne gestion ?

Que veut-on dire par e-réputation ?

L’e-réputation est cette image que renvoie Internet d’une personne ou d’une marque. Pour les médecins, c’est l’ensemble des informations que l’on trouve sur les réseaux sociaux (Facebook; LinkedIn), les annuaires professionnels (Google My Business), les forums de discussion et les blogs. La e-réputation médicale peut être méliorative ou péjorative et peut impacter l’opinion des patients et agir sur leurs choix. Dans tous les secteurs d’activités, dès qu’il est question de chercher un professionnel, on se fie aux informations de Google, qui monopolise 95% de la part du marché des recherches sur Internet. Votre réputation numérique est ainsi  « ce que Google dit de vous ». Voilà pourquoi, il convient d’avoir le réflexe de taper votre nom / activité / et de voir ce qui apparaît dans les résultats de recherche. Il faut aussi aller dans les images et dans les vidéos pour voir ce que ça donne.

Pourquoi les médecins doivent protéger leur e-réputation ?

La réputation médecin n’est pas uniquement le fruit de la confiance que lui témoignent ses patients suite à la qualité de soins qu’il leur offre. La notoriété peut chuter en un rien de temps, il suffit de faire une petite erreur professionnelle ou de fournir un service non conforme aux attentes pour qu’un patient commence à en parler sur le web.

Les médecins sont les plus exposés à un afflux de données qu’ils n’arrivent pas toujours à maîtriser, y compris les avis défavorables sur les moteurs de recherche ou forums, ce qui pourrait nuire à à la e-réputation médecin. En moyenne 1 avis positif atteint 4 patients potentiels, alors qu’1 avis négatif a le pouvoir d’influencer une dizaine de personnes. L’ère de la digitalisation peut aujourd’hui détruire la notoriété de ceux qui ne peuvent pas jongler avec leur e-réputation par un simple commentaire anonyme.

Mais pas de panique ! Tout ce que le praticien peut protéger son identité numérique en demeurant actif sur le web. Via un site web, un blog et une présence active sur les réseaux sociaux. En procurant un canal de communication à ses patients, le médecin leur permet de publier des commentaires et interagir entre eux de manière à mettre en avant une image miroitante de la qualité de soins qu’il leur dispense.  Plusieurs stratégies permettent de faire varier positivement son image afin de développer sa visibilité et les activités de son cabinet pour accroître la file active patient et optimiser son chiffre d’affaires.

Bien entendu, un médecin absorbé par l’exercice de son métier ne peut pas se consacrer à ce travail ; il doit plutôt confier cette tâche à des professionnels du marketing digital pour gérer sa comm santé dans les règles de l’art et dans le respect des règles déontologiques du métier.

Les meilleures astuces pour protéger son e-réputation médecin

Pour protéger sa réputation numérique il faut suivre et contrôler ce qui est mis en ligne par autrui, sans pour autant transgresser les règles déontologiques. La e-réputation a déjà fait l’objet d’une étude pour le Conseil de l’Ordre des médecins qui encourage les médecins à contrôler régulièrement leur e-réputation. Il leur a recommandé de faire appel à un système de veille (mots-clés sur un moteur de recherche) permettant d’alerter les médecins, dès qu’un contenu les concernant est publié sur le Web. Il leur a également recommandé de s’occuper de l’espace numérique en fondant leur e-réputation par la qualité de ce qu’ils y publient ou de ce qu’ils commentent. Les médecins, qui ont un site Internet et un blog, doivent aussi éviter toute passerelle entre les deux pour éviter toute confusion ou le blocage des commentaires publics des internautes.

La Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL) de France, qui est chargée de veiller à ce que l’informatique soit au service du citoyen et qu’elle ne porte aucune atteinte ni à l’identité humaine, ni aux droits de l’Homme, ni à la vie privée, ni aux libertés individuelles ou publiques, a observé dans son rapport d’activité 2014, que la e-réputation est à l’origine des plaintes des internautes qui lui sont adressées : 39 % concernaient en effet des demandes de suppression de textes, photographies, vidéos, coordonnées, commentaires, faux profils en ligne, etc. Sachant que la suppression des informations préjudiciables peut s’avérer difficile, voire impossible, plusieurs sociétés proposent des prestations d’e-réputation ou encore l’apparition de contrats d’assurances ad hoc.