Blog

L’épreuve COVID 19, dans quel état en sort la relation patient-médecin ?

Le Covid 19 s’invite au cœur de tous les débats de quelque nature que ce soit. Dans le secteur de santé, le contexte épidémique a remodelé les codes de la relation patient-médecin, notamment avec l’essor de la téléconsultation. L’ensemble des mesures prises dans le cadre de la lutte contre la propagation du virus et la prise en charge de nombreux patients touchés a entraîné des bouleversements inédits et majeurs. Par quoi se caractérise la relation patient-médecin dans ce contexte épidémique ? Quelles leçons tire-t-on ?

La relation patient-médecin : une confiance renouvelée

Le Covid-19 fut une épreuve difficile pour tout un chacun, qui semble cependant donner du lustre à la relation soignant-patient, à l’issue de la période du confinement. Mais c’est surtout la confiance qui l’emporte désormais ! En effet, le médecin est la première personne à qui on s’adresse, surtout si l’on est dans un état de vulnérabilité physique ou psychologique.

Un patient fragile aura toujours besoin d’être écouté et rassuré par son médecin. Bien entendu, les professionnels de santé sont à fortiori les mieux placés pour nous aiguiller quand aux processus de prévention, c’est-à-dire, tout ce qui se rattache au port du masque, gestes barrières, attitudes à adopter à l’égard des petits-enfants, des aînés ou des établissements scolaires. « On remet un peu de bon sens dans ce qu’ils ont entendu et on fait davantage d’éducation à la santé », explique le Pr Pierre-Louis Druais, généraliste, membre du Conseil scientifique Covid-19.

Quant au Dr Bonnet, membre du collectif Fakemed lui, il s’implique plus que d’habitude dans une dimension collective, se proclamant comme « effecteur d’une politique de santé publique », Il ajoute : « J’ai recommandé à un patient atteint de diarrhée aiguë, avec petite fièvre, de se faire tester et de s’isoler, alors qu’en temps normal, je l’aurais laissé retourner à son travail, comme il le souhaitait », raconte-t-il. (Source : le quotidien.fr)

Appréhensions à l’égard des discours scientifiques

Force est de constater que le contexte sanitaire n’a pas eu de mauvais impacts sur les liens déjà tissés entre patient et médecin. A contrario, on relève tout de même une grande défiance à l’égard des discours scientifiques, surtout que la médecine fut ballotée entre les controverses des médias et de la politique. D’après le baromètre Datacovid (avec Ipsos) auprès d’un panel représentatif de 5 000 personnes, les Français attribuent aux soignants 7,3/10 sur une échelle de confiance et aux chercheurs et scientifiques (6,8), aux institutions publiques de santé (5,7) et les médias et politiques (4/10).

Les leçons à retenir

L’impact de la crise épidémique sur le secteur de la santé et son rapport avec la société fera un jour surface. Mais est-ce que les Français pourraient se fier au processus de vaccination ? Le projet d’avoir une médecine toute puissante sera-t-il réalisé ou est-ce que le fossé entre les attentes et la réalité sera davantage approfondi ? On doit simplement rappeler que la communauté scientifique et médicale ne doit pas manquer de porter un regard critique sur elle-même. En dépit de ces circonstances ambivalentes, un consensus voit le jour, en faveur des moyens accordés à la santé et des métiers du soin et du lien avec la patientèle.